1 - Pas dormir

http://youtu.be/FWjipLgvIz8?list=PLg1MZFnHmdhbDMuzc6xiLgytxbK2T4Yo6

  

Vous avez dû remarquer, en entrant dans cette Église, que nous avions mis sur une table de petites brochures, des feuillets...  Ceux-ci sont de l'Aide à l’Église en Détresse. C'est une association, une œuvre catholique internationale – pour ceux qui ne la connaissent pas –, approuvée par le Saint-Siège bien sûr, et dont la vocation est résumée très simplement par son fondateur, le Père Werenfried van Straaten :

Sécher les larmes de Dieu partout où il pleure.

Le Père Werenfried a même écrit un livre qui s'appelle : « Où Dieu pleure ».(1)

Et Dieu pleure – vous le savez tous comme moi – dans le tiers-monde où, chaque année, tant de pauvres gens... hommes, femmes, enfants... meurent de faim.

Il pleure – oh ! vous le savez aussi... – dans les pays de l'Est, à cause notamment  des persécutions à l'égard des chrétiens.

Il pleure en Amérique Latine pour des raisons similaires.

Il pleure partout dans le monde.

Et Il pleure même aussi souvent chez nous, parmi nous, quand nous dormons alors qu'il faudrait veiller… et quand, devant tant de misère, nous baissons les bras.

C'est vrai, nous sommes parfois tentés de baisser les bras : Il y a tant à faire ! Par quoi commencer ?

Il y a quelque temps dans ma prière, un soir... j'avais fait, c'est vrai, une journée de travail assez longue et j'étais fatigué... Je dormais.

Tout à coup, je me suis réveillé en me disant :

« Eh quoi... tu peux dormir toi, pendant que tant de gens sur la terre meurent, souffrent ? »

Et c'est alors que j'ai eu cette idée d'une chanson... d'une chanson qui s'appellerait :

« Pas dormir ! »

La voici (elle est située ici, 3 minutes 30 après le début de l'enregistrement) :

           (Refrain)

           Non pas dormir, pas dormir, pas dormir...

           Non, pas dormir, pas dormir, pas dormir.

              - 1 -

           Il y en a trop qui meurent de faim,

           Il y en a trop qui n'ont plus rien,

           Il y en a trop qui n'en peuvent plus,

           Il y en a trop qui ne savent plus.

           L'année passée je les ai vus

           A la télé ces petits corps nus...

           Et puis hier dans le journal

           J'ai vu la guerre, ô ça va mal.

                (Refrain)

               - 2 -

           Le réfugiés les sans-abris,

           Les torturés, les mal-compris,

           Sont parqués comme des animaux,

           Pendant que moi je fais le beau.

           La la la la la la la la...

           La la la la la la la la...

           La la la la la la la la...

           La la la la la la la.

                (Refrain)

×